. ALG : Une liste d’agents ? | Foot Afrique
AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Une liste d’agents ?

RACHID BELARBI

Au coach de répondre à cette question lors de la conférence de presse qu’il va animer cet après-midi à la salle de conférence du stade du 5-Juillet. Pour sa première liste, Vladimir Petkovic a officialisé la rupture avec l’ère Belmadi.

Il a ressorti du placard certains éléments perdus de vue tout en envoyant à la retraite anticipée plusieurs tauliers du vestiaire. Pour beaucoup d’observateurs, cette liste sent à plein nez l’hypothèse d’une purge aux relents d’un règlement de compte. Pour d’autres, c’est un nouveau départ qui nécessite une nouvelle approche sans les symboles du triple traumatisme vécu depuis mars 2022 avec ces deux humiliantes éliminations dès le premier tour des CAN-2021 et 2023 et l’absence toujours pas digérée de la Coupe du Monde 2022 au Qatar.
Mais pour les plus initiés aux coulisses de l’EN, il paraît bien clair que la présence de certains «noms», tout comme l’exclusion d’autres résultent d’immixtions externes, d’influences d’agents gravitant autour du nouveau board de la FAF et de la méconnaissance –assez compréhensible du nouveau sélectionneur du contexte global de «son» EN. Pour former son premier contingent, fort de 31 éléments, Vladimir Petkovic a, donc, choisi de ne pas composer avec ceux qui étaient considérés comme d’intouchables piliers de la sélection depuis de longues années.

Retraite anticipée

A sa demande, dit-on, le capitaine et meilleur joueur de sa génération, Riyad Mahrez, a de fait, été dis pensé de cette fenêtre internationale. Cette décision de prendre du recul afin de se concentrer sur sa nouvelle vie en club, tout en prenant le temps de réfléchir à la suite à donner à sa carrière internationale sonne, néanmoins, comme un souhait affiché de ne plus revêtir le maillot vert de l’EN.
S’il avait la volonté de continuer à représenter son pays, le ballon d’or africain 2016 aurait, d’ailleurs, pu « accompagner » Petkovic dans ses premiers pas, question d’assurer une certaine continuité et d’assurer le lien entre lui et son vestiaire. Or, cette « pause » risque d’être juste un « teaser » pour annoncer une éventuelle retraite internationale de l’ancienne idole de Leicester City. Outre Mahrez, le nouvel homme de la sélection a laissé sur le carreau les mondialistes Raïs M’Bolhi, Sofiane Feghouli et Islam Slimani dont le sort en EN paraît désormais scellé.

Mahrez, une pause pour un teaser ?

Idem pour Youcef Belaïli, puni apparemment par Petkovic, connu pour goûter peu aux dérives d’ordre disciplinaire. Dans le sillage de ses (ex-)coéquipiers, le défenseur Ahmed Touba s’est également vu déclasser pour rester en marge, tout comme le dernier arrivé de l’ère Belmadi, le défenseur de Sheffield United, Yasser Larouci. Des trentenaires, le patron technique de l’EN en a gardé sous la main avec, notamment, Baghdad Bounedjah et Aïssa Mandi, désormais l’élément le plus expérimenté de ce groupe.
Outre Nabil Bentaleb, réinstallé depuis septembre 2022 après 4 ans d’absence, le mondialiste Mandi retrouvera un autre coéquipier de la fameuse épopée de l’été 2014 au Brésil en la personne de Yacine Brahimi, rappelé par Petkovic plus d’un mois après avoir fêté son 34ème anniversaire. Les deux Yacine que le natif de Sarajevo a rappelés, Brahimi et Benzia, ont, du reste, la particularité d’avoir vertement critiqué leur ancien mentor Djamel Belmadi dans les médias et réseaux sociaux, ce qui leur avait valu une mise à l’écart prévisible qui aura duré respectivement deux et six ans !

Réhabilitation des black-listés

Moins courte puisque datant de seulement 6 mois, la « suspension » de Saïd Benrahma a tout autant pris fin avec l’arrivée de l’ancien sélectionneur de la Suisse qui l’a inclus dans sa liste malgré son retour de blessure annoncé pour les prochains jours ! Bachir Belloumi, Himed Abdelli, Jaouen Hadjam et Badreddine Bouanani retrouvent, pour leur part la sélection au moment où d’autres la découvrent, à l’instar d’Ahmed Kendouci (prêté à Ceramica par Al-Ahly), Mohamed  Amine Madani (CSC), Moncef Bekrar (New York), Anis Hadj Moussa (Arnhem) et Rafik Guitane (Estoril).
Le reste de cette première fournée ressemble à du classique avec aucun changement au niveau de la ligne de but et des permanents du service comme Atal, Bensebaïni, Bennacer, Zerrouki, Boudaoui et autres Aouar et Amoura, de quoi former un groupe hybride. Il serait, en revanche, assez intéressant de connaître les arguments qu’avancera Petkovic aujourd’hui à l’occasion de sa rencontre avec la presse pour expliquer les bizarreries décelées.

Des bizarreries dans l’attente d’un argumentaire

On pourrait citer la non-convocation de celui qui est considéré à l’heure actuelle -à juste titre comme le meilleur joueur du championnat, à savoir le milieu de terrain du Paradou Yacine Titraoui, ou encore la non-présence de Zakaria Naïdji qui flambe avec le MCA au moment où le défenseur du CSC Madani y figure sans pour avoir crevé l’écran depuis l’entame de la saison en cours. Aussi, faudrait-il expliquer à l’opinion sportive les critères qui ont abouti à la sélection de Hadj Moussa et de Guitane, voire de Moncef Bekrar dans la mesure où ni leurs statistiques, ni leur temps de jeu ne font d’eux d’incontournables éléments du paysage footballistique algérien. Surtout que l’on pensait, apparemment naïvement, qu’était révolue l’époque où il suffisait d’apparaître dans le panorama du haut niveau international sans pour autant y briller pour décrocher automatiquement une convocation en sélection.

RACHID BELARBI

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité