. ALG : Charaf-Eddine Amara prive la FAF de l’argent de la FIFA | Foot Afrique
AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Charaf-Eddine Amara prive la FAF de l’argent de la FIFA

NAZIM BESSOL

«Le continent africain est celui qui bénéficie le moins des aides au développement FIFA Forward », c’est, là, un constat amer lancé par l’ancien directeur des Associations de la FIFA et actuel Secrétaire général de la CAF, Véron Mosengo-Omba. La raison ? Le manque de maîtrise dans la présentation des projets et leur suivi. En effet, les fonds FIFA Forward obéissaient à un cahier des charges très strict et ne peuvent être utilisés que dans le cadre très détaillé de leur destination finale. Un programme auquel la Fédération algé- rienne de football (FAF) a eu recours pour la construction des Centres régionaux sous la présidence de Kheïreddine Zetchi, pour une enveloppe globale d’environ 9 millions de dollars.

Un dossier que l’ancien président n’a pas eu le temps de clôturer, puisqu’il avait cédé son fauteuil à Charaf-Eddine Amara, non sans insister sur l’importance de suivre et finaliser les projets de construction de ces Centres, sous peine de voir l’argent de la FIFA ne jamais arrivé. Le président du Paradou AC avait même suggéré à son successeur à la tête de la FAF de finaliser la régularisation de la situation admi- nistrative du Centre de Tlemcen pour justifier de la propriété du terrain ou d’une concession accordée à la FAF. En effet, le terrain devait être, dans un premier temps, cédé au dinar symbolique à la Fédération, puis il a été question d’une concession. Qu’importe !

Depuis, la FIFA attend toujours un des deux justificatifs pour débloquer l’équivalent de 65 milliards de centimes restants pour le Centre de Tlemcen, sur une enveloppe globale de 10 millions de dollars sur quatre ans. Or, si la Wilaya de Tlemcen avait fixé à 9 millions de dinars le prix de la concession, cette somme n’a jamais été acquittée par le successeur de Kheïreddine Zetchi. Et la FAF n’a, donc, pas transmis les documents nécessaires à la FIFA qui a décidé de priver Dely Brahim des fonds qui lui étaient alloués. En parallèle, et contrairement à ce qui a été annoncé ici et là, Zetchi avait même créé une entre- prise, avec comme mission la mise en location des Centres aux clubs nationaux ou à des sélections étrangères.

Cette entreprise pouvait même mettre à disposition des « clients », des techniciens, des infrastructures de récupérations… Au final, elle aurait permis, surtout, d’économiser chaque été des milliers d’euros aux clubs algériens, qui fran- chissent chaque année la frontière tunisienne pour disposer de telles infras- tructures. En somme, la FAF comptait faire de ses Centres une source sup- plémentaire de revenus, tout en restant dans son domaine de compétence, le développement du football. Alors, v’lan dans le bec de ce canard illuminé, connu pour ses fake news à répétions, et de ceux qui l’alimentent. La vérité finit toujours par l’emporter.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité