. CAN : Sadi réserve un hôtel et tord le cou aux alarmistes | Foot Afrique
AlgérieFootball algérienLes infos

CAN : Sadi réserve un hôtel et tord le cou aux alarmistes

LAFORDASSE

Désintoix ! Que n’avons-nous pas entendu depuis des mois, voire des années ? Un mensonge, encore un assumé par les coalisés qui, tous unanimement, ont fait des états financiers de la Fédération algérienne de football (FAF) un marronnier. Il ne se passait pas une semaine sans que l’un d’entre eux ne vienne affirmer haut et fort que la FAF est à genoux, qu’elle est criblée de dettes et qu’elle ne pourra assumer ses dépenses. Malgré des bilans financiers certifiés par un commissaire aux comptes, transmis à la tutelle (MJS) et validés par l’assemblée générale année après année, ils n’ont pas hésité à affirmer sans appor- ter la moindre preuve ou document que la FAF était en faillite.

Les adeptes de Pinocchio sont même allés jusqu’à laisser entendre, mais sans jamais l’assumer, que c’est le salaire du sélectionneur qui plombe les finances de la FAF. Plus récem- ment, il était même question d’une enquête de plusieurs ser- vices. Elle devait, toujours selon les mêmes cercles, révéler l’ampleur des détournements ! Or, les enquêteurs ont plié bagage sans rien trouver de particulièrement condamnable et dans la foulée, Walid Sadi, présent en Côte d’Ivoire pour assis- ter au tirage au sort de la CAN-2023, en a profité pour remettre son costume d’ancien chargé d’hébergement, transport et res- tauration (HTR) et annoncer avoir réservé un hôtel entier pour la sélection nationale.

Une décision qui représente un coût, surtout si l’équipe va au bout et joue les premiers rôles. Un coût qui viendrait s’ajouter aux dépenses nécessaires pour la préparation du tournoi. Des dépenses qu’une fédération sans le sou ne peut en principe se permettre, d’autant que la Confédération africaine de football (CAF) prend en charge l’hébergement des équipes qualifiées dans des sites déterminés à l’avance. Pour la ville de Bouaké, la CAF a prévu de loger les quatre équipes de la poule D au village de la CAN, construit par les autorités ivoiriennes, spécialement pour le tournoi. Sans le vouloir, Walid Sadi vient d’apporter un cinglant démenti à ses nombreux soutiens qui ont fait de la désinformation et la manipulation un travail à plein temps.
– LAFORDASSE

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité