. ALG : Qui représentera l’Algérie en Super Ligue ? | Foot Afrique
AfriqueLes infos

ALG : Qui représentera l’Algérie en Super Ligue ?

BELARBI RACHID

Prohibée en Europe et combattue par le pré- sident de l’UEFA Aleksander Čeferin «him self», le projet d’une édition africaine de la Super League a été lancé en grande pompe par le président de la CAF Patrice Motsepe, en présence de l’influent patron de la FIFA, Gianni Infantino ! C’est ce qu’on retiendra, as- surément, de cette 44e assemblée générale de la Confédération Africaine de Football, tenue sur les hauteurs tanzaniennes d’Arusha ! Une League fermée «à l’américaine», regroupant les 24 plus «grands» clubs du continent, avec un prize money record de 100 millions de dollars ! «Nous sommes enthousiastes pour la Super League Africaine de la CAF et convaincus qu’elle changera le visage et la compétitivité de la CAF et du football africain» se félicitait presque, à ce propos, le docteur Motsepe au cours de son discours à l’occasion de ladite AG. Et d’annoncer que « le Comité Exécutif de la CAF (avait) pris la décision de lancer la Super League africaine de la CAF en août 202».

Le coup d’envoi officiel de cette League sera donné en août 2023. «Nous avons annoncé le 3 juillet 2022 que le prize money total de la Super League Africaine de la CAF sera de 100 millions USD, le vainqueur recevant 11,5 mil- lions USD. Nous avons l’intention de verser à chaque association membre 1 million USD par an qui seront tirés des fonds de la Super League Africaine de la CAF. Nous avons également l’intention d’allouer 50 millions USD à la CAF tiré de ces mêmes fonds pour le développement du football des jeunes et des femmes et pour toutes ses autres com- pétitions, afin de s’assurer qu’elles soient compétitives au niveau mondial » précisera encore le conférencier, comme pour mieux convaincre une assistance …déjà convaincue. En attendant le feu vert de leurs gouverne- ments respectifs notamment quand il s’agira de subventions.

Dans le détail, ces 24 « gros bras » issus de 16 pays différents seront d’abord répartis durant une première phase en trois groupes géographiques composés chacun de 8
CM-QATAR2022 équipes (Afrique du Nord, Afrique Centrale et de l’Ouest, et Afrique du Sud et de l’Est). Les huit clubs de chaque groupe seront opposés, durant cette première phase, en matchs aller-retour et chaque formation disputera donc 14 matchs de poule. Au terme de ce cette phase de groupes, les 5 premiers de chaque poule et le meilleur 6e, tous groupes confondus prendront part à la phase à élimi- nation directe sous la forme de traditionnels huitièmes de finale qui marqueront, du reste, la fin de la répartition géographique. Au bout du parcours, fin mai, se tiendra la grande finale, une sorte de «Super Bowl africain» calqué sur son prestigieux «patronyme» US. Le lancement officiel étant effectué de la plus solennelle des manières, reste désor- mais à la Confédération continentale d’en dessiner les contours les plus importants : les critères de sélection.

Qui seront ces 24 et de quels pays quand bien même il ne sera pas très difficile de cibler 16 places du football continental sur les 54 fédérations-membres affiliées à l’ins- tance-mère, tant le gouffre semble profond entre les habituels animateurs des compéti- tions et les sans-grade. Toutefois, les polé- miques risquent d’être légion au moment de l’annonce des «représentants» de ces mêmes 16. Prenons l’exemple de l’Algérie. Quel duo sera choisi entre la JS Kabylie, l’En- tente de Sétif, le Chabab de Belouizdad, le Mouloudia d’Alger, le Chabab de Constantine ou encore la JS Saoura et l’USMA ? Et qui les choisira pour cette si lucrative Super League ? Avantagera-t-on les anciens vainqueurs, les clubs les plus populaires, les plus riches, ceux qui y ont récemment fait bonne figure ou encore les mieux structurés ? Ce n’est qu’à la faveur d’éventuels éclaircissements et attendus cahiers de charges bien ficelés (calendriers des championnats nationaux, des compétitions LCD et CDC) moyens de transports …) qu’on en saura davantage de manière à ne pas enflammer un débat qui risque, forcément, d’être houleux entre clubs à la légitimité bien établie et d’autres, aux ambitions certainement démesurées.
– RACHID BELARBI

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité