. ALG : Ces Verts qui redeviennent tauliers | Foot Afrique
Les infos

ALG : Ces Verts qui redeviennent tauliers

Abdelkader.z

A l’instar de Rayan Aït-Nouri, plusieurs internationaux sont repartis du bon pied à l’entame de l’exercice en cours. Après une saison galère, ils comptent bien redevenir importants en club autant qu’ils l’ont été en sélection.

Taulier du vestiaire, cadre aux 80 capes sous le maillot vert, Aïssa Mandi illustre parfaitement ce passage de l’ombre à la lumière. Placardé une bonne partie de la saison dernière à Villarreal qu’il venait, pourtant, de rejoindre pour s’enivrer des soirées de Ligue des champions, le longiligne défenseur central a entamé le challenge 2023-2024 dans la peau d’un titulaire. Et c’est déjà une première victoire. Alors que d’autres auraient lâché et fait montre d’un inévitable fatalisme, l’ancien Rémois s’est battu et ses sacrifices ont été récompensés. Ce n’était, pourtant, pas gagné d’avance. Relancé au printemps, alors que celui qui lui bouchait l’horizon avait pris congé et un abonnement longue durée à l’infirmerie, Mandi a su s’accrocher, apprendre de ses erreurs et relancer une carrière qui connaissait son premier creux depuis ses débuts en 2010, voilà treize années. Sa détermination lui a donné raison et a fini par convaincre Quique Sétien de lui accorder toute sa confiance. Résultat : premier match de Liga et première titularisation face à son ancien club, le Bétis de Séville, assortie d’une grosse prestation qui devrait lui assurer, du moins à court terme, une pérennité dans le onze titulaire.

Mandi débusque Albiol

Tout comme son coéquipier et partenaire de défense en sélection, Youcef Atal sort, lui aussi, d’une frustrante saison en club. Ayant déjà manqué plus de 100 matches officiels avec l’OGC Nice depuis qu’il a rejoint la Côte d’Azur en 2018, soit l’équivalent d’une moyenne d’une vingtaine de rencontres par saison, ce qui est énorme, l’ancien du Paradou a été un acteur majeur du pro- logue des Aiglons, la semaine dernière. Titulaire sur le flanc droit, avant d’être sorti à la mi-temps, il avait, même un temps, replongé ses fans dans la sidération et la peur d’une énième blessure avant que son entraîneur, Farioli, ne rassure tout son monde, en indiquant l’avoir préservé pour éviter une éventuelle expulsion après le premier carton jaune reçu. De quoi être très attentif à la composition de l’équipe niçoise qui défiera Lorient dans trois jours au Moustoir. Plus que l’ambition de retrouver une certaine compétitivité et de la régularité au plus haut niveau, Youcef Atal aura, aussi et surtout, pour défi personnel de redevenir l’explosif piston qu’il a été, capable de faire danser la salsa à Bernat ou de faire un petit pont à Neymar, d’intéresser le Bayern de Munich et l’Inter de Milan et de va- loir plus de 25 millions d’euros contre le quart seulement aujourd’hui !

Belmadi soutient Belaïli

Arrivé au Mouloudia d’Alger dans les circonstances que tout le monde connaît, Youcef Belaïli devrait, à son tour, connaître une saison pleine au lendemain d’une saison tronquée et hachée entre les égarements en Bretagne et les dérobades en Corse. Déjà à l’œuvre à Rennes pour le travail de sape, l’Oranais semble mesurer le prix de la rédemption et le poids des attentes sur ses épaules. Félicité, dit-on, par le sélectionneur Djamel Belmadi d’avoir trouvé un point de chute, l’ancien d’Ettaradji parait à l’écoute des conseils et recommandations de son mentor, vu la proximité des importantes échéances internationales comme les éliminatoires de la Coupe du Monde 2026, dès novembre, et la Coupe d’Afrique des Nations, du 13 janvier au 11 février 2024.

Aouar en métronome de la Roma

Responsabilisé à la Roma où sa tech- nique tout en mouvement et son tou- cher de velours est très attendu au milieu de la rigueur tactique si propre à José Mourinho, le néo-international, Houssam Aouar, débutera la rencontre face à la Salernitana, dimanche prochain, à l’Olimpico, à l’occasion de la première journée de la Série A. De quoi lui faire un tantinet oublier ses déboires avec l’Olympique Lyonnais, où en dépit des leviers actionnées par Laurent Blanc pour lui permettre de retrouver son niveau, la cassure avec son club de cœur l’avait presque transformé en joueur lambda, loin de ce génie créateur qui avait étourdi Pep Guardiola et les Citizen un soir de Champion’s League. Des « retours à la normale», en somme, qui profiteront forcément à l’équipe nationale où les places seront de plus en plus chères à l’approche des imminents rendez-vous à l’importance primordiale.

RACHID BELARBI

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité