. ALG : Le tout sauf Zetchi, continue | Foot Afrique
Éco/MédiaLes infosMEDIAS

ALG : Le tout sauf Zetchi, continue

AB. LAHOUARI

L’amalgame et l’ambiguïté servent encore et toujours ceux qui ont perdu leurs privilèges. Une enquête sur les litiges des clubs algériens avec des entraîneurs et des joueurs étrangers a une nouvelle fois apporté la preuve indéniable que l’ex-pré- sident de la FAF, Kheïreddine Zetchi est une nouvelle visée. Le contrat au sujet de l’ex-coach national Lucas Alcaraz est à nouveau sorti du placard alors qu’il a été réglé à l’avantage du football algérien en tout point de vue. Le chiffre avancé de 1,5 million d’euros (environ 28 milliards de centimes) avait été revu de beaucoup à la baisse. Et c’est Alcaraz lui-même qui a cherché un arrangement à l’amiable devant l’appel intenté par la FAF au TAS de Lausanne. Un communiqué des deux parties avaient d’ailleurs été publiés qui stipule : « Le cas de l’entraîneur national Alcaraz a trouvé sa solution à l’amiable avec ses avocats suite à l’introduction de cette affaire de paiement de ses indemnités au TAS de Lausanne ». Les mots en un sens.

Les avocats d’Alcaraz ont compris que le contrat pouvait tourner à l’avantage de la FAF et de Kheïreddine Zetchi qui a été le seul avec son club du Paradou à ne pas avoir de problèmes avec les joueurs ou entraîneurs étrangers qui ont été recrutés. Ce qui n’a pas été le cas, hélas, des autres clubs algériens. A l’inverse de nos voisins tunisiens ou marocains, ils se sont privés de compétences nationales dans ce do- maine soit par ignorance, soit pour mieux se «sucrer». Aussi, affirmer que « des observateurs avaient prévenu, l’ex-pré- sident de la fédération Kheïreddine Zetchi qu’il n’avait aucune chance de gagner ce litige, dans le sens où la FAF avait signé avec le technicien espagnol un contrat largement défavorable qui ne protège guère les intérêts de la fédération », n’est ni plus ni moins que de la désinformation. Zetchi n’a pas besoin d’observateurs à la réputation surfaite, parce qu’il possède une expérience et une compétence recon- nues par ses pairs étrangers. C’est un habile négociateur et ses joueurs exportés à l’étranger sont un exemple vivant.

En vérité, dans cette histoire avec Alca- raz, il y a cette hantise de voir le Bordji de Hydra, signer un nouveau contrat avec Dely Brahim. Ceux qui cherchent à le discré- diter, préfèrent « hamla fel oued wala Zetchi» (affronter un oued en crue plutôt que Zetchi). Et tant pis pour le football algérien.

 

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité